L’impression 3D

Les enjeux de l'impression 3D
impression3d-img1

L’impression 3D, comment ça marche ?

L’impression 3D est également appelée fabrication additive. Ce terme fait référence au principe commun à toutes les techniques d’impression 3D : la superposition de fines couches de matières comprises entre 16 et 180 microns (ou plus) à partir des cordonnées transmises par un fichier 3D.

L’impression 3D fonctionne donc selon plusieurs procédés, qu’on peut classer dans trois grands groupes :

  • Le dépôt de matière
  • La solidification par la lumière
  • L’agglomération par collage

Ces trois procédés fonctionnent selon le même principe de base, c’est à dire superposer des couches de matières selon les coordonnées d’un fichier 3D. La différence se situe sur la manière dont sont déposées et traitées ces couches, ainsi que le type de matériau utilisé.

A quoi ça sert ?

Les champs d’application de l’impression 3D sont extrêmement variés et de plus en plus nombreux. Dans l’aéronautique et l’industrie spatiale, on commence à imprimer des pièces uniques sur-mesure et la NASA travaille sur des modèles à envoyer dans l’espace.

La médecine est aussi un champ d’application formidable pour l’impression 3D : prothèses sur-mesure, répliques d’os, et même – à l’avenir – impression du tissu humain. Du côté du grand public, la fabrication de petits objets utiles au quotidien est déjà en marche.

Des créateurs de mode et des artistes se servent désormais de cette technologie ouverte sur tous les possibles.

impression3d-img2
impression3d-img3

L’impression 3D, une solution « naturellement » écologique ?

L’impression 3D possède de nombreux avantages en termes environnementaux.

  • Du côté de la production, elle permet de créer des produits de plus en plus personnalisés, sur-mesure, et de sortir de l’impératif d’économies d’échelle. Elle favorise aussi une production locale réduisant le coût – économique et écologique – des transports : un produit conçu au Japon peut être imprimé aux Etats-Unis !
  • Du côté du consommateur, l’impression 3D ouvre un monde de réparations et d’améliorations pour de nombreux objets du quotidien (tiges de lunettes, boîtier de télécommande, etc.). C’est la fin de l’obsolescence programmée !

Favoriser la fabrication locale des produits, la réduction du nombre moyen de pièces par produit, et celle des matières premières utilisées pour la production d’un objet : autant d’avantages au profit de l’écologie. Mais la croissance du marché de l’impression 3D et sa démocratisation impliquent aussi un accroissement de la demande de matière (plastique) et du nombre des déchets d’impression à traiter.

Le filament 3D OWA s’attache donc à ces 2 enjeux majeurs :

  • Produire de façon responsable et durable, à une époque où les ressources en hydrocarbure se raréfient,
  • Apporter des solutions pour la fin de vie des produits et le traitement des déchets.

Acheter une bobine de filament PS recyclé OWA, c’est faire le choix d’une nouvelle matière de filament pour imprimante 3D

visuel-bobine-rouge-rouge
  • Garantie 2 ans

  • Hotline gratuite

  • Expédition en 24h

  • Paiement sécurisé